Caisses automatiques et les ventes sur Internet

les ventes sur Internet

Une Proposition de loi du Sénateur UMP Alain HOUPERT vise à compenser la diminution d’emploi dans les supermarchés due à l’apparition des caisses automatiques. Ce mouvement de remplacement d’emplois par des automates tend à se renforcer.En 2008, le « Centre d’Étude et de Recherche pour l’Évaluation des Conditions de Vie (CREDOC) et le Groupe d’Étude Sociales Techniques et Économiques (GESTE) ont mené à terme un contrat d’étude prospective touchant au commerce de gros et de détail à prédominance alimentaire. » »Ce rapport faisait état d’une mutation progressive des points de vente : pôles d’encaissement à l’origine, ils deviennent de véritables pôles de services. L’introduction des nouvelles technologies permet ainsi un certain nombre d’optimisations touchant le passage en caisse. Il était en outre souligné que la satisfaction du client augmentait proportionnellement à la productivité du personnel.

Or, force est de constater, en 2011, que la mutation des points de vente s’est considérablement accélérée au détriment de l’emploi. En effet, alors que le recours aux caisses automatiques était présenté comme une évolution du métier d’hôtesse de caisse vers davantage de polyvalence, il apparaît désormais que cette mutation a davantage concouru à la destruction de cet emploi. Diminuant de trois quart les besoins de personnels dès son introduction, cette tendance est amenée à se renforcer.

Or, la destruction progressive du métier d’hôtesse de caisse contribue non seulement à tarir une offre d’emplois particulièrement destinée à une main d’oeuvre difficilement reconvertible, mais permet aux employeurs y procédant de faire l’économie non seulement de la rétribution du travail bon marché, mais aussi des charges sociales qui y sont assises. Pour financer les caisses de sécurité sociale, il appartient donc au législateur de rechercher une nouvelle assiette pour les prélèvements sociaux, en proposant de les asseoir non plus seulement sur le travail mais sur le chiffre d’affaires. »Dans sa proposition de loi, Alain Houpert adopte une définition très large de la caisse automatique :

Article 1er

La caisse automatique est un point de vente qui permet aux clients de scanner, d’emballer et de payer eux-mêmes leurs achats.Sont assimilés à une caisse automatique les moyens de paiements à distance, réalisés par l’intermédiaire d’internet ou de réseaux de téléphonie mobile.L’article 2 propose d’instituer une Contribution spéciale sur les nouvelles technologies se substituant aux travailleurs :Il est institué, au profit de la Caisse nationale de l’assurance vieillesse, un prélèvement sur le chiffre d’affaires réalisé par l’intermédiaire de caisses automatiques.Le prélèvement est acquitté par l’exploitant de la caisse automatique.Le taux du prélèvement est fixé à 1 %.La proposition est maintenant entre les mains de la commission des affaires sociales.