Auvergne : l’assureur SFAM se déploie

Auvergne

La société française d’assurance SFAM a été créée en 1999. Elle a tout de suite rencontré le succès, en proposant à ses clients des formules d’assurance affinitaire innovantes notamment en cas de vol ou de perte de smartphone. La croissance de la société est fulgurante. En effet, son chiffre d’affaires 2017 s’élevait à 250 millions d’euros. En 2019, il devrait dépasser les 700 millions. Mais, loin de s’endormir sur son succès, l’entreprise continue sur sa lancée avec un projet d’envergure dans la Drôme.

SFAM : un succès international mais un ancrage local préservé

Pour garantir-conserver un service client irréprochable, l’assureur maintient dans l’hexagone où elle emploie 2000 salariés. Elle est, en effet, implantée Paris, Roanne et Romans-sur-Isère, la ville où l’aventure a commencé. La SFAM contribue ainsi au maintien de l’emploi local. Par ailleurs, en internalisant son service client, l’assureur garde une totale maitrise de sa communication avec ses distributeurs et avec ses clients. C’est indéniablement une des raisons de son succès. Consultez le site www.fr.wikipedia.org/ pour savoir plus sur la société française d’assurance SFAM.

Tout en conservant un fort ancrage sur le territoire national, la société exporte maintenant ses offres d’assurance affinitaire dans d’autres pays et particulièrement en Belgique et en Espagne mais aussi en Suisse. D’ailleurs, l’entreprise a inauguré des locaux de 1000 m² en début d’année à Barcelone.

Success Story et SFAM : l’histoire du dirigeant historique du leader d’assurance

Sadri Fegaier, le fondateur de l’entreprise, a monté le projet SFAM, lorsqu’il n’avait qu’une vingtaine d’années. Alors qu’il dirigeait deux franchises de téléphonie mobile, il a constaté qu’il n’existait aucun produit d’assurance à proposer à ses clients, afin de les protéger en cas de casse. Il a donc pensé à développer une offre d’assurance dédiée à la protection des mobiles et objets connectés. On appelle ce type d’offre : assurance affinitaire.

L’homme d’affaires a toujours mis un point d’honneur à diversifier les activités de la SFAM. En plus d’assurer les mobiles, l’assureur affinitaire a élargi son offre à l’ensemble des objets connectés, dont les tablettes numériques.

La volonté de Sadri Fegaier consiste aussi à prendre des parts dans d’autres sociétés complémentaires. C’est pourquoi, l’année dernière, le courtier grossiste spécialisé en assurance affinitaire est devenu le deuxième actionnaire du groupe FNAC. Il devrait également lancer prochainement une offre de prise de garanties en quelques clics. L’assureur, dont le chiffre d’affaires est estimé à 700 millions d’euros espère atteindre le milliard dans les deux ans.

Drôme : le projet monumental de l’assureur SFAM

La société française d’assurance SFAM se développe à Romans-sur-Isère, avec son campus. Sur un terrain de 3 hectares, le groupe SFAM prévoit la construction de bureaux, d’un auditorium, de 8000 m2 de commerces, d’un hôtel de 80 chambres et de parkings. Le campus de la SFAM pourrait créer 2000 emplois.

L’assureur SFAM est soucieuse du bien-être de ses salariés. Il y a 2 ans, la SFAM a même crée le SFAM Campus. Une structure qui permet d’accueillir dans des conditions idéales, 2000 salariés supplémentaires à Romans-sur-Isère. Chaque site dispose de lieux de convivialité (espaces verts, cafétéria, salle de sport…). L’entreprise est d’ailleurs détentrice du label HappyAtWork. Ce label est attribué suivant la notation anonyme des salariés. Le label HappyAtWork vient honorer les entreprises, dans lesquelles l’épanouissement au travail est privilégié.

La SFAM a également la volonté de contribuer à la formation des jeunes recrues, surtout dans le domaine commercial. L’assureur SFAM a ainsi noué un partenariat avec la chambre de commerce de la Drôme et accueille, dans ce cadre, de nombreux alternants.

En 2017 a été lancée une Académie en interne. Les cursus proposés sont du niveau BTS ou du niveau Bachelor commercial. Chaque jeune reçu dans l’entreprise est accompagné par un tuteur. Il va ainsi apprendre à gérer une relation client et à intégrer les règles de la vie en entreprise. A la fin de son parcours réussi, l’entreprise propose un emploi au jeune alternant en tant que téléconseiller, dans le cadre d’un CDI.