Stéphane traque les pigeons sur les façades des maisons

les façades des maisons

D’une simple véranda de particulier, aux gargouilles haut perchées d’une église normande, Stéphane Lambert est sur tous les fronts et il aime ça.Le Coulainais, ancien salarié de la Setram, a lâché son travail pour se consacrer à une nouvelle activité : la protection des façades contre les volatiles. Un métier ? « C’est vrai que ce n’est pas encore répandu, concède-t-il. D’ailleurs, la caisse de retraite elle-même ne connaissait pas ! »Qu’est-ce qui a poussé Stéphane Lambert vers cette niche professionnelle ? Comme beaucoup, l’envie de se mettre à son compte et de changer d’environnement. « C’est grâce à mon frère que j’ai engagé ma réflexion, juge-t-il. Dans le sud de la France, il travaillait pour un particulier qui cherchait une protection contre les fientes d’oiseaux. L’entreprise contactée ne pouvait intervenir qu’un an plus tard ! J’y ai un peu pensé pendant deux ans, tout en échangeant des mails avec cette entreprise. »