Frédéric Troilo, 30 ans, archiviste en auto-entreprise après un master pro archives

un master pro archives

Passionné d’histoire depuis son enfance,  s’engage dans la voie du professorat “un peu par défaut”. Un échec au CAPES (certificat d’aptitude au professorat de l’enseignement du second degré) plus tard, l’étudiant en histoire, diplômé d’un master recherche de l’université de Metz, décide de poursuivre sa formation. Il s’inscrit en master professionnel archives à l’université de Dijon et décroche son diplôme en septembre 2008….Devenir auto-entrepreneurAprès avoir terminé son CDD, Frédéric a frappé à plusieurs portes. Il a particulièrement apprécié l’action de l’AFIJ (Association pour faciliter l’insertion professionnelle des jeunes diplômés). “Le chômage est forcément vécu comme un échec. Du coup, c’est très important pour le moral de se retrouver avec d’autres jeunes diplômés en galère. Et puis les ateliers de l’AFIJ sur le CV et la lettre de motivation m’ont permis d’optimiser mes candidatures et de décrocher quelques entretiens.”En janvier 2010, Frédéric a décidé de lancer son activité d’archiviste sous le statut d’auto-entrepreneur avec le soutien de Pôle emploi et surtout de la CCI (chambre du commerce et de l’industrie) de la Moselle. “C’était la bonne solution pour poursuivre mon activité de façon autonome, tout en me permettant de diversifier les expériences”, se justifie-t-il. Alors qu’il gagnait 1.850 € net avec son précédent emploi à La Poste, Frédéric compte désormais sur un revenu de 1.500 € net mensuel….