Concurrence déloyale des auto-entrepreneurs face à l’artisanat

auto-entrepreneurs face à l'artisanat

Question écrite N° : 88799 de M. Gabriel Biancheri ( Union pour un Mouvement Populaire – Drôme ) publiée au JO le : 21/09/2010M. Gabriel Biancheri attire l’attention de M. le secrétaire d’État chargé du commerce, de l’artisanat, des petites et moyennes entreprises, du tourisme, des services et de la consommation sur les interrogations formulées la Confédération de l’artisanat et des petites entreprises du bâtiment (CAPEB) de la Drôme qui exprime des critiques sur le statut de l’auto-entrepreneur qui viendrait concurrencer de façon déloyale le secteur de l’artisanat. Il lui demande si le Gouvernement peut, avec précision, répondre à ces légitimes interrogations.Sur le même thème .

Question N° : 89297     de M. Alain Rousset ( Socialiste, radical, citoyen et divers gauche – Gironde )Longue réponse publiée au JO le : 19/10/2010 dont voici le principal :… Toutefois, certains artisans et commerçants ont exprimé leur inquiétude concernant le risque de dérives éventuelles occasionnées par ce nouveau régime. Tout d’abord, il importe de bien mesurer l’impact réel des auto-entrepreneurs dans le domaine du bâtiment et travaux publics. Le chiffre d’affaires de l’ensemble des auto-entrepreneurs, pour l’année 2009, est de 934 MEUR, tandis que l’ensemble des entreprises de moins de dix salariés du secteur du bâtiment ont réalisé en 2009 un chiffre d’affaires de 61 MdEUR. Pour cette même année, 12,7 % des demandes d’inscription au régime de l’auto-entrepreneur relevaient du secteur du bâtiment. Ainsi, on peut estimer que les auto-entrepreneurs de ce même secteur n’ont représenté en 2009 qu’environ 0,2 % du chiffre d’affaires du secteur. Une évaluation du régime de l’auto-entrepreneur est en cours. [ ndlr voir ici ]… À l’issue de cette évaluation, la plus grande attention sera réservée aux préoccupations des organisations professionnelles. En particulier, des mesures fermes seront prises pour lutter de façon déterminée contre d’éventuels abus qui seraient constatés lors de l’utilisation de ce nouveau régime. Pour autant, il peut d’ores et déjà être répondu en détail aux préoccupations exprimées. Le régime de l’auto-entrepreneur ne génère aucune concurrence déloyale en termes d’exigence de qualification ou d’assurance obligatoire. Les règles de qualification sont identiques, sans aucune dispense, pour les auto-entrepreneurs et pour les autres artisans du bâtiment. … Il est exact que cette obligation de qualification n’était jusqu’à présent pas contrôlée lors de la création de l’entreprise, mais uniquement par des contrôles inopinés pendant la vie de l’entreprise. Le Gouvernement a remédié à cette insuffisance par un décret publié le 12 mars 2010, applicable depuis le 1er avril. Désormais, tous les artisans, y compris les auto-entrepreneurs, souhaitant créer leur activité doivent, au préalable, attester de leur qualification. Il n’existe ensuite aucune concurrence déloyale en termes de niveaux de charges. Une étude de l’ordre des experts-comptables, actualisée en avril dernier, a montré que le niveau de charges était comparable. En effet, on compare souvent à tort le taux de taxation pour les artisans de droit commun (45 %) et celui de l’auto-entrepreneurs (21,3 %). Or, ces taux s’appliquent à des assiettes différentes : l’artisan est imposé sur ses bénéfices, alors que l’auto-entrepreneur est imposé sur son chiffre d’affaires. En d’autres termes, l’auto-entrepreneur ne peut déduire aucune charge et est imposé sur l’intégralité de son chiffre d’affaires. … Il est exact que l’auto-entrepreneur n’est pas assujetti à la TVA. C’est d’ailleurs le cas aussi du régime de la micro entreprise qui existe depuis près de vingt ans. Mais en contrepartie, l’auto-entrepreneur achète ses fournitures et ses matières premières toutes taxes comprises, et il ne peut déduire la TVA de ses achats de matières premières qui sont souvent significatifs dans le domaine du bâtiment et des travaux publics. Enfin, l’auto-entrepreneur bénéficie d’une dispense de contribution économique territoriale, l’ex-taxe professionnelle, mais cette exonération n’est que de trois ans, et tous les créateurs d’entreprise bénéficient déjà d’une exonération la première année. Le droit du travail s’applique sans aucune dérogation. Le salarié ne peut pas exercer, en complément, une activité identique à celle de son employeur et auprès de la même clientèle, sans avoir obtenu l’accord de son employeur. Le régime de l’auto-entrepreneur, en effet, n’a nullement été conçu pour couvrir l’externalisation abusive de salariés ou le recrutement de faux indépendants. Les services de l’État sont mobilisés, comme ils l’ont toujours été, pour lutter contre la dissimulation d’une relation salariale de subordination sous la forme d’une relation commerciale de sous-traitance. En outre, l’auto-entrepreneur qui réalise du chiffre d’affaires doit le déclarer. C’est seulement en son absence qu’il n’est, en l’état actuel du droit, pas tenu à déclaration. Il convient de rappeler que les auto-entrepreneurs qui ne déclarent pas de chiffre d’affaires pendant plus de trois ans sortent automatiquement du régime. En l’absence de chiffre d’affaires, ils ne bénéficient bien entendu pas de droits additionnels de retraite. Les auto-entrepreneurs ont le droit, pendant un trimestre ou une période donnée, de ne pas exercer d’activité : ce régime instaure en effet un « permis d’entreprendre » que chacun peut activer selon sa volonté, notamment en cas d’activité complémentaire ou saisonnière. C’est cette souplesse qui fait justement le succès de ce régime. Le régime de l’auto-entrepreneur permet de faire rentrer certains travailleurs dits « au noir » dans une zone de droit. C’est un régime qui permet de diminuer l’étendue de l’économie souterraine et permet ainsi à des gens qui travaillaient illégalement de rentrer dans un cadre légal et de payer leurs cotisations. Dès lors que le régime de l’auto-entrepreneur n’engendre pas de concurrence déloyale, il n’est pas justifié de limiter ce statut dans le temps. … Limiter la durée d’application du régime de l’auto-entrepreneur serait adressé un signal négatif à toutes les personnes qui se sont engagées dans cette voie de l’entrepreneuriat, avec les risques que cela implique. Le régime de la micro-entreprise, dont s’inspire nettement le régime de l’auto-entrepreneur, n’est pas limité dans le temps, pour les mêmes raisons….Enfin, la dispense d’affiliation consulaire des auto-entrepreneurs, qui ne vaut qu’en cas d’activité complémentaire, est justifiée. Depuis le 1er avril dernier, les auto-entrepreneurs exerçant à titre principal sont tenus de s’immatriculer au répertoire des métiers auprès de la chambre de métiers et de l’artisanat, comme les autres artisans. … Pour ces activités complémentaires et de taille limitée, l’affiliation consulaire, avec le coût qui lui est lié, n’apparaît pas indispensable. Les auto-entrepreneurs qui le souhaitent peuvent bien entendu s’affilier. L’auto-entrepreneur doit en tout état de cause se déclarer au centre de formalités des entreprises (CFE), ce qui permet d’assurer que l’entreprise sera déclarée aux services fiscaux et sociaux et pourra être contrôlée comme toute entreprise qui a fait l’objet d’une immatriculation. L’auto-entrepreneur est donc une entreprise comme une autre et doit respecter les règles de l’exercice de son activité. L’auto-entrepreneur est soumis à la réglementation applicable à tous les professionnels de son secteur d’activité, en termes de formation et de qualification professionnelle préalable, d’application des normes techniques, d’hygiène et de sécurité, de déclaration et d’emploi des salariés, d’assurance et de responsabilité ou encore de facturation à la clientèle. En matière de règles applicables à l’assurance de responsabilité civile professionnelle, la situation des bénéficiaires du statut d’auto-entrepreneur n’est pas différente des autres professionnels. … Mais l’ensemble des entreprises ne parvient pas toujours à souscrire d’assurance. Les assureurs disposent de la liberté de s’engager contractuellement ou non en fonction de l’appréciation du risque qu’ils encourent. … Il existe quelques rares exceptions à cette règle générale. En effet, en ce qui concerne l’assurance de responsabilité civile décennale et l’assurance dommages ouvrage qui sont obligatoires, le législateur a souhaité garantir la disponibilité de l’offre, en donnant aux assurés accès au Bureau central de tarification (BCT). Au-delà du cadre législatif de l’assurance construction, il faut souligner qu’un marché de la microassurance existe. Des assureurs, en partenariat avec l’Association pour le droit à l’initiative économique (ADIE), ont ainsi mis en place des offres qui répondent aux besoins spécifiques des microentrepreneurs en matière d’assurance. Par ailleurs, le 3 juin 2009, M. François Hurel, président de l’Union des auto-entrepreneurs (UAE – site : www.union-autoentrepreneur.com), association créée début avril 2009 pour fédérer ces professionnels, a signé aux côtés du secrétaire d’État chargé du commerce, de l’artisanat, de petites et moyennes entreprises, du tourisme, des services et de la consommation, plusieurs partenariats de l’UAE dont l’objectif est d’accompagner le développement de la communauté des auto-entrepreneurs. Une société d’assurances est ainsi associée aux actions de l’UAE et peut offrir des produits d’assurance spécifiques et préférentiels ainsi que des services aux adhérents. Des courtiers spécialisés proposent également des produits ciblés destinés aux auto-entrepreneurs….  Mais pour que la création du régime de l’auto-entrepreneur ait un réel impact sur l’esprit d’entreprise en France, il faut maintenir dans la durée son acquis de simplicité.