Au Salon des brocanteurs de Frévent, Daniel Bocquet

, Daniel Bocquet était venu avec 20 000 cartes postales

C’est la troisième fois que Daniel Bocquet participe au Salon des brocanteurs. Avec toujours autant de plaisir. Durant une quinzaine d’années, le Fréventin a tenu un magasin de brocante et de vieux meubles dans la commune. Il l’a cédé à son fils, mais continue tout de même de parcourir salons et brocantes, « en auto-entrepreneur », avec ses cartes postales.Ça n’a l’air de rien, une carte postale, mais ça attire et dimanche,il y avait du monde autour du stand de Daniel Bocquet. « Je vends de vieilles cartes postales de communes du Nord – Pas-de-Calais, de la Somme, mais j’ai aussi des collections par thèmes. » Dans la matinée, « j’ai plutôt bien vendu, poursuit Daniel Bocquet. Aujourd’hui, les gens veulent des représentations de leur village.Avant, ils étaient plus portés vers des cartes postales qui représentaient leur canton. Là, ils recherchent leur commune, veulent retrouver leurs racines. » Et pourquoi pas dénicher la perle rare, comme par exemple une carte écrite par un aïeul… À quelques mètres de Daniel Bocquet, on vend des verres. Un peu plus loin,des meubles. Les meubles anciens, pour notre exposant, c’est du passé. Son magasin, il s’en est occupé une quinzaine d’années, à Frévent. « On a tenu pas mal d’années, mais c’est un métier qui est tombé. Ce qui a coulé la brocante, c’est Ikéa.